JEWISH HERITAGE MONTH PARTNER: TORONTO​

Mayor John Tory

Kicking off Jewish Heritage Month, Mayor John Tory delivered a strong warning and an inviting appeal. In no uncertain words he stated that antisemitism would not be tolerated in Toronto while inviting all Torontonians to join in celebrating what he termed the exceptional contributions of their Jewish co-citizens to the success of the city.

The Mayor called for year-round vigilance in combating antisemitism and he proudly acknowledged the role Jews have played in ensuring Toronto’s prosperity and heritage. He noted that Toronto has become one of the world’s most diverse cities and he called on Torontonians to build a community that is inclusive and accepting.

This welcome message well reflects that the Toronto region has become the centre of Jewish life in Canada. Half of Canada’s more than 400,000 Jews live in the Greater Toronto Area.

While over the last decades there has been a movement of the Jewish population out of the city to the north and to the west to York Region and to a lesser extent to Peel and Halton Regions, most of the community and its institutions are to be found within city limits.

A Jewish cemetery was established in Toronto in 1849, the first congregation was founded in 1856. Jews from Europe began arriving in greater numbers at the beginning of the 20th century. Census data shows that 3,090 Jews lived in Toronto by 1901.

The community grew in the wake of immigration from Europe, where Jews fled persecution and pogroms. By 1911, the Jewish population of Toronto had grown to 18,237. By 1931, there were 45,000 Jews living in Toronto.

The growing Jewish community was initially clustered in St. John’s Ward bounded by College, Queen, Yonge and University. In the 1920s a majority of the Ward’s population was Jewish. By the mid-1930s there was significant movement of Jews west crossing Spadina, and Bathurst. Many Jews settled around Kensington Market.

While the demographics of these neighbourhoods has changed greatly since, they still contain many landmarks of Jewish heritage. The historic Kiever Shul completed in 1927 remains active until this day. The equally historic Anshei Minsk Synagogue found nearby and completed as a Byzantine Revival style building in 1930s also is open for services.

The Jewish community’s numbers mushroomed in the late 1970s and early 1980s with an influx of English-speaking Jews leaving Quebec. Toronto replaced Montreal as the epicentre of the Jewish community in Canada, a title that it has borne and enhanced over the past forty years.

Another wave of immigration, this time from the former Soviet Union, arrived in the late 1990s and early 2000s. Today’s Jewish community in Toronto is extremely diverse representing the many different traditions within Judaism. There is a growing population of Israeli Jews, who mingle with Jews from Ukraine and the European and Asian parts of Russia, from Ethiopia, from Western Europe, all amidst Jewish families who trace their heritage in Canada back several generations.

Jews can be found everywhere in Toronto but much of the community is now established in the city’s north end in what was the former municipality of North York. Mel Lastman, Mayor of North York from 1973 to 1997, became the first Mayor of the amalgamated city of Toronto serving from 1998 to 2003.

Jews have long been active municipality in Toronto. Nathan Phillips became the city’s first Jewish Mayor serving from 1955 to 1962. The Phillips era is associated with the growth of Toronto. His administration promoted urban renewal and new infrastructure.

His electoral victory allowed him to become the city’s first non-Protestant Mayor beginning the process of modernizing a city that had until then been seen as Protestant, staunchly British and conservative changing it to what would become a truly multicultural metropolis. Today Nathan Phillips Square in front of City Hall is one of the most cherished public spaces in Canada.

Phillip Givens, Toronto’s second Jewish Mayor, acceded to the position in November 1963 upon the death of Mayor Donald Summerville and served until the end of 1966. While Mel Lastman was Toronto’s third Jewish Mayor, many Jews have distinguished themselves as City Councillors. The current City Council has two Jewish members, James Pasternak, and Josh Matlow.

Jewish Cultural life is vibrant in Toronto. There is an annual Toronto Jewish Film Festival which this year kicks off on June 9. May 22 will see the launch of this year’s version of Jewish Music Week.

Founded in 2011, the Music Week Festival bill itself as an exciting week of concerts, recitals and musical events throughout the Greater Toronto Area featuring all styles of Jewish music including Sephardic and Klezmer, Holocaust music and Israeli pop.

B’nai Brith looks forward to a successful Jewish Heritage Month in Toronto.

Pour donner le coup d’envoi du mois du patrimoine juif, le maire John Tory a lancé un message fort et un appel invitant. Il a déclaré sans ambages que l’antisémitisme ne serait pas toléré à Toronto, tout en invitant tous les Torontois à se joindre à la célébration de ce qu’il a appelé les contributions exceptionnelles de leurs concitoyens juifs au succès de la ville.

Le maire a appelé à une vigilance de tous les instants dans la lutte contre l’antisémitisme et a reconnu avec fierté le rôle joué par les Juifs dans la prospérité et le patrimoine de Toronto. Il a noté que Toronto est devenue l’une des villes les plus diversifiées du monde et a appelé les Torontois à construire une communauté qui soit inclusive et acceptante.

Ce message de bienvenue reflète bien le fait que la région de Toronto est devenue le centre de la vie juive au Canada. La moitié des plus de 400 000 Juifs du Canada vivent dans la région du Grand Toronto.

Si, au cours des dernières décennies, la population juive s’est déplacée de la ville vers le nord et l’ouest, dans la région de York et, dans une moindre mesure, dans les régions de Peel et de Halton, la majeure partie de la communauté et de ses institutions se trouve dans les limites de la ville.

Un cimetière juif a été établi à Toronto en 1849, la première congrégation a été fondée en 1856. Les Juifs d’Europe ont commencé à arriver en plus grand nombre au début du XXe siècle. Les données du recensement montrent que 3 090 Juifs vivaient à Toronto en 1901.

La communauté s’est développée dans le sillage de l’immigration en provenance d’Europe, où les Juifs fuyaient les persécutions et les répressions. En 1911, la population juive de Toronto était passée à 18 237 personnes. En 1931, il y avait 45 000 Juifs vivant à Toronto.

La communauté juive grandissante était initialement regroupée dans le quartier de St. John’s, délimité par College, Queen, Yonge et University. Dans les années 1920, la majorité de la population du quartier est juive. Au milieu des années 1930, on observe un important mouvement de Juifs vers l’ouest, traversant Spadina et Bathurst. De nombreux Juifs se sont installés autour du marché Kensington.

Bien que la démographie de ces quartiers ait beaucoup changé depuis, ils contiennent toujours de nombreux points de repère du patrimoine juif. La synagogue historique de Kiever, achevé en 1927, est toujours en activité aujourd’hui. La synagogue Anshei Minsk, tout aussi historique, se trouve à proximité et a été construite dans les années 1930 dans un style néo-byzantin.

Les effectifs de la communauté juive ont explosé à la fin des années 1970 et au début des années 1980 avec l’afflux de Juifs anglophones quittant le Québec. Toronto a remplacé Montréal comme épicentre de la communauté juive au Canada, un titre qu’elle a porté et renforcé au cours des quarante dernières années.

Une autre vague d’immigration, cette fois en provenance de l’ancienne Union soviétique, est arrivée à la fin des années 1990 et au début des années 2000. La communauté juive actuelle de Toronto est extrêmement diversifiée et représente les nombreuses traditions différentes du judaïsme. Il y a une population croissante de Juifs israéliens, qui se mêlent à des Juifs d’Ukraine et des parties européennes et asiatiques de la Russie, d’Éthiopie, d’Europe occidentale, tous au milieu de familles juives dont l’héritage au Canada remonte à plusieurs générations.

On trouve des Juifs partout à Toronto, mais une grande partie de la communauté est désormais établie dans le nord de la ville, dans ce qui était l’ancienne municipalité de North York. Mel Lastman, maire de North York de 1973 à 1997, est devenu le premier maire de la ville fusionnée de Toronto, de 1998 à 2003.

Les Juifs sont depuis longtemps une communauté active à Toronto. Nathan Phillips a été le premier maire juif de la ville, de 1955 à 1962. L’ère Phillips est associée à la croissance de Toronto. Son administration a favorisé le renouvellement urbain et les nouvelles infrastructures.

Sa victoire électorale lui a permis de devenir le premier maire non protestant de la ville et de lancer le processus de modernisation d’une ville jusqu’alors considérée comme protestante, britannique et conservatrice, pour en faire une métropole véritablement multiculturelle. Aujourd’hui, le square Nathan Phillips, situé devant l’hôtel de ville, est l’un des espaces publics les plus appréciés au Canada.

Phillip Givens, le deuxième maire juif de Toronto, a accédé à ce poste en novembre 1963, à la mort du maire Donald Summerville, et est resté en fonction jusqu’à la fin de 1966. Si Mel Lastman a été le troisième maire juif de Toronto, de nombreux Juifs se sont distingués en tant que conseillers municipaux. Le conseil municipal actuel compte deux membres juifs, James Pasternak et Josh Matlow.

La vie culturelle juive est dynamique à Toronto. Il existe un festival annuel du film juif de Toronto qui, cette année, démarre le 9 juin. Le 22 mai verra le lancement de la version de cette année de la Semaine de la musique juive.

Fondée en 2011, la Semaine de la musique se présente comme une semaine passionnante de concerts, de récitals et d’événements musicaux dans toute la région du Grand Toronto, mettant en vedette tous les styles de musique juive, y compris la musique sépharade et Klezmer, la musique de l’Holocauste et la pop israélienne.

B’nai Brith se réjouit de la réussite du Mois du patrimoine juif à Toronto.

JEWISH HERITAGE MONTH PARTNERS

COMMANDITAIRES DU MOIS DU PATRIMOINE JUIF