JEWISH HERITAGE MONTH PARTNER: SAULT STE. MARIE, ONTARIO

Mayor Christian Provenzano

Sault Ste. Marie is northern Ontario’s third largest city with a population of 72,000. Located on the  St. Marys River that connects Lake Huron to Lake Superior, Sault Ste.  Marie is just to the north of a city with the same name in Michigan. About 14,000 people live on the American side.

The region was visited by French explorer Étienne Brûlé in 1623 and within half a century the settlement strategically located between the two Great Lakes had become one of the hubs of the North American fur trade,

The settlement passed to Britain with the Treaty of Paris in 1763 and found itself as an even more geopolitically strategic site with the birth of the United States and the rivalry as to which country would control the Great Lakes.

Throughout its history the town has retained its French name. Sault is archaic French meaning cataract or rapids.

Incorporated as a town in 1888, the Soo as so many of its residents call it, became a city in 1912 and grew largely on the back of the steel and of forestry industries. These industries went through hard times at the beginning of the 21st century but have reinvented themselves.

New industries based on services and tourism have helped reinvigorate the economy. 

The Jewish community has been present in the Soo for nearly 140 years. Congregation Beth Jacob, the first and only synagogue in the twin Saults, opened its doors 77 years ago.

In 2018 soon after the Tree of Life Massacre in Pittsburgh, Soo Mayor Christian Provenzano attended a vigil at the synagogue noting the historic contributions of the Jewish community to Sault Ste. Marie who he said were “significant and positive.”

He noted that many of the Soo’s most important and enduring businesses were founded by Jews and he praised the contributions of the Jewish community to the city’s growth as “exceptional”.

B’nai Brith would like to acknowledge that the handling of its Jewish Heritage Month Proclamation request by the Mayor’s office was truly “exceptional”. The request was fast tracked and followed by several staff and the City Clerk to ensure that the Proclamation would be on City Council’s April 11 agenda.

Sault-Sainte-Marie est la troisième plus grande ville du nord de l’Ontario avec une population de 72 000 habitants. Située sur la rivière Sainte-Marie qui relie le lac Huron au lac Supérieur, Sault-Sainte-Marie se trouve juste au nord de la ville du même nom dans le Michigan. Environ 14 000 personnes vivent du côté américain.

La région a été visitée par l’explorateur français Étienne Brûlé en 1623 et, en l’espace d’un demi-siècle, la colonie stratégiquement située entre les deux Grands Lacs était devenue l’une des plaques tournantes du commerce des fourrures en Amérique du Nord,

La colonie est passée à la Grande-Bretagne avec le traité de Paris en 1763 et s’est retrouvée comme un site encore plus stratégique sur le plan géopolitique avec la naissance des ÉtatsUnis et la rivalité pour savoir quel pays contrôlerait les Grands Lacs.

Tout au long de son histoire, la ville a conservé son nom français. Sault est un français archaïque qui signifie cataracte ou rapides. 

Incorporée en tant que ville en 1888, le Soo, comme l’appellent tant de ses résidents, est devenu une ville en 1912 et s’est développé en grande partie grâce aux industries de l’acier et de la forêt. Ces industries ont connu des temps difficiles au début du 21e siècle mais se sont réinventées.

De nouvelles industries basées sur les services et le tourisme ont contribué à revigorer l’économie. 

La communauté juive est présente dans le Soo depuis près de 140 ans. La Congrégation Beth Jacob, la première et unique synagogue des deux Saults, a ouvert ses portes il y a 77 ans.

En 2018, peu après le massacre de l’arbre de la vie à Pittsburgh, le maire de Soo, Christian Provenzano, a assisté à une veillée à la synagogue en soulignant les contributions historiques de la communauté juive à Sault-Sainte-Marie qui, selon lui, sont « significatives et positives ».

Il a fait remarquer que bon nombre des entreprises les plus importantes et les plus durables de Soo ont été fondées par des Juifs et il a salué les contributions de la communauté juive à la croissance de la ville comme étant « exceptionnelles ».

B’nai Brith aimerait reconnaître que le traitement de sa demande de proclamation du Mois du patrimoine juif par le bureau du maire a été vraiment « exceptionnel ». La demande a été traitée rapidement et suivie par plusieurs membres du personnel et par le greffier municipal afin de s’assurer que la proclamation serait inscrite à l’ordre du jour du Conseil municipal du 11 avril.

JEWISH HERITAGE MONTH PARTNERS

COMMANDITAIRES DU MOIS DU PATRIMOINE JUIF