JEWISH HERITAGE MONTH PARTNER: CAPE BRETON, NOVA SCOTIA

Mayor Amanda McDougall

On April 26, Mayor Amanda McDougall and Council proclaimed every month of May, commencing in 2022, as Jewish Heritage Month in Cape Breton Regional Municipality.

Created in 1995 by amalgamation of eight local municipalities surrounding Sydney, Cape Breton Regional Municipality with a population of about 94,000 is Nova Scotia’s second largest city. All eight former cities making up the new regional municipality maintain proud histories and distinct identities.

The area has weathered economic decline over the past decades. The population peaked at 127,00 in 1981. The community has since reinvented itself. Once known for its mines and industry, the region is becoming a tourist hub.

The area hosts Fort Louisbourg, a national historic site and one of Nova Scotia’s premier tourism destinations. The site stands as the largest reconstruction project in North America. Meanwhile, the Port of Sydney has become a cruise ship centre. Pre-Covid, the port was welcoming over 150,000 tourist a year.

The Jewish community in the towns of what is today Cape Breton Regional municipality dates from the late 1890s. A synagogue opened in Glace Bay in 1902, the first synagogue in the Maritime provinces.

In 1919 the Temple Sons of Israel congregation was established by members of the Whitney Pier Jewish community. The synagogue today is located on Whitney Street in Sydney. This synagogue is the only one today operating year-round on Cape Breton Island.

Cape Breton once had four functioning synagogues and the largest Jewish population in eastern Canada. Today the Sydney congregation has fewer than 80 members and it relies on a visiting rabbi from Halifax.

There has been a pattern of Jewish outmigration for decades commencing after World War II establishing families in larger city centres, such as Halifax, Montreal and Toronto. It’s a fact that there are currently more Cape Breton Jews living in Toronto than in Sydney or Glace Bay.

Mayor McDougall and her Council hope to see the economic future become brighter for all residents. Her declaration takes note of the historic Jewish community in Cape Breton, and she invite all residents to celebrate the contributions Jews have made to the region.

Le 26 avril, la mairesse Amanda McDougall et le conseil municipal ont proclamé chaque mois de mai, à partir de 2022, Mois du patrimoine juif dans la municipalité régionale du Cap-Breton.

Créée en 1995 par la fusion de huit municipalités locales entourant Sydney, la municipalité régionale du Cap-Breton, qui compte environ 94 000 habitants, est la deuxième plus grande ville de Nouvelle-Écosse. Les huit anciennes villes qui composent la nouvelle municipalité régionale ont toutes une fière histoire et une identité distincte.

La région a connu un déclin économique au cours des dernières décennies. La population a atteint un sommet de 127 000 habitants en 1981. Depuis, la communauté s’est réinventée. Autrefois connue pour ses mines et son industrie, la région est en train de devenir un centre touristique.

La région abrite la Forteresse de Louisbourg, un site historique national et l’une des principales destinations touristiques de la Nouvelle-Écosse. Le site est le plus grand projet de reconstruction en Amérique du Nord. Entre-temps, le port de Sydney est devenu un centre de croisières. Avant la Covid, le port accueillait plus de 150 000 touristes par an.

La communauté juive dans les villes de ce qui est aujourd’hui la municipalité régionale du Cap-Breton date de la fin des années 1890. Une synagogue a été ouverte à Glace Bay en 1902, la première synagogue dans les provinces maritimes.

En 1919, la congrégation Temple Sons of Israel a été créée par des membres de la communauté juive de Whitney Pier. La synagogue est aujourd’hui située sur Whitney Street à Sydney. Cette synagogue est la seule qui soit actuellement en activité toute l’année sur l’île du Cap-Breton.

Le Cap-Breton comptait autrefois quatre synagogues en activité et la plus grande population juive de l’est du Canada. Aujourd’hui, la congrégation de Sydney compte moins de 80 membres et dépend de la visite d’un rabbin de Halifax.

L’exode des juifs est un phénomène qui dure depuis des décennies et qui a commencé après la Seconde Guerre mondiale, les familles s’établissant dans les grands centres urbains, comme Halifax, Montréal et Toronto. C’est un fait qu’il y a actuellement plus de Juifs du Cap-Breton qui vivent à Toronto qu’à Sydney ou à Glace Bay.

La mairesse McDougall et son conseil municipal espèrent voir l’avenir économique s’éclaircir pour tous les résidents. Sa déclaration prend note de la communauté juive historique du Cap-Breton, et elle invite tous les résidents à célébrer les contributions des Juifs à la région.

JEWISH HERITAGE MONTH PARTNERS

COMMANDITAIRES DU MOIS DU PATRIMOINE JUIF